Suzuran - Aki Shimazaki


 

Il n’y a pas longtemps, je vous parlais d’un précédent roman de cette autrice, Suisen (ma chronique est ici). J’avais adoré découvrir cette plume et j’ai encore plus aimé ce roman !


C’est un roman émouvant, ou la nature et l’art sont des thématiques importantes. Un roman qui me rappelle pourquoi j’aile tellement cette littérature japonaise ou les émotions, les symboles ont leurs places.

Dans une petite ville près de la mer du Japon, dominée par le sommer enneigé du mont Daisen, vit Anzu, une jeune femme qui élève seule son garçon. Divorcée, indépendante, d'une douceur inébranlable, elle semble imperméable aux vicissitudes de l'existence. Son arme secrète, c'est son art, son amour pour la poterie. Evoluant entre ses parents vieillissant, son ex-mari, son futur beau-frère, charmant, et sa soeur qui a tout pour être heureuse, sauf le bonheur d'être habitée par une passion, Anzu fait son chemin discrètement, habilement, résolument. Suzuran - du nom de cette fleur délicate au parfum entêtant qu'est le muguet - évoque ces boules à neige abritant de minuscules paysages : il suffit de les secouer pour que se lèvre la tempête...

Editions Leméac/Actes sud - 164p.


“Au début ,l'œuvre donne une impression d'inachevé , mais elle prend peu à peu de la profondeur à mesure qu'on s'en sert . Comme si elle et son utilisateur accomplissaient une harmonie ensemble. Comme un couple assorti.”

Aki Shimazaki a une plume qui est pleine de délicatesse, de pudeur, de petits détails qui apportent réellement une poésie à son récit. Elle sait une nouvelle fois aborder les difficultés de la vie, et ici Anzu apparaît à la fois comme une femme forte, qui se relève de ses épreuves tout en montrant des failles bouleversantes. De plus, apprendre sur son passé, comprendre pourquoi elle est devenue la femme qu’elle est est très intéressant. La fin, qui n’est certes pas surprenante, est très émouvante et apporte une émotion supplémentaire faisant que cette histoire reste en tête une fois le roman refermé.

“Ton apparence est discrète, comme ces petites fleurs blanches cachées sous les larges feuilles. En réalité, tu as des racines pleines de vitalité, qui survivraient n'importe où.”

C’est une autrice que je vous conseille si vous souhaitez découvrir les beautés de cette culture japonaise. Ici, c’est l’art décoratif avec tout le symbole du vase et cette délicatesse du suiziren. C’est vraiment très beau et on peut ressentir à la fois tout l’attachement et l’importance de la poterie pour ce personnage principal.

Une chose est certaine, je vais lire cette autrice qui a une plume émouvante, fluide, simple et qui sublime la culture japonaise.

0 Comentarios

Merci pour votre commentaire 🌿

SUIVEZ-MOI SUR INSTAGRAM