Lolita - Vladimir Nabokov

 

Ainsi donc, aucun de nous deux n'est en vie au moment où le lecteur ouvre ce livre. Mais tant que le sang continue de battre dans cette main qui tient la plume, tu appartiens autant que moi à la bienheureuse matière, et je puis encore t'interpeller d'ici jusqu'en Alaska. Sois fidèle à ton Dick. Ne laisse aucun autre type te toucher. N'adresse pas la parole aux inconnus. J'espère que tu aimeras ton bébé.

J'espère que ce sera un garçon. J'espère que ton mari d'opérette te traitera toujours bien, parce que autrement mon spectre viendra s'en prendre à lui, comme une fumée noire, comme un colosse dément, pour le déchiqueter jusqu'au moindre nerf. Et ne prends pas C.Q. en pitié. Il fallait choisir entre lui et H.H., et il était indispensable que H.H. survive au moins quelques mois de plus pour te faire vivre à jamais dans l'esprit des générations futures.

Je pense aux aurochs et aux anges, au secret des pigments immuables, aux sonnets prophétiques, au refuge de l'art. Telle est la seule immortalité que toi et moi puissions partager, ma Lolita...

Editions Folio / 10.40€






Mon avis

C’est un ouvrage que j’ai lu il y a quelques années, et je suis ravie d’avoir pu le relire avant un ouvrage que j’ai pu lire suite à un envoi des éditions de l’Herne et que je vous présente très prochainement.

Lolita, un roman qui est pour moi un chef-d’œuvre dû à l’exercice littéraire auquel s’est prêté Vladimir Nabokov. Avec une plume qui n’a rien de vulgaire, il réussit grâce à de multiples détails à nous emporter dans la narration de Humbert Humbert, cet homme qui va abuser de celle qui va devenir sa belle-fille, âgée seulement de 12 ans. Grâce à des éléments qui relèvent du conte, du monde de la féerie, parfois même de la pitié, Humbert Humbert nous donne la sensation que l’horreur n’existe pas, parfois même qu’il est la victime de cette nymphette comme il l’appelle. Or, c’est lui l’abuseur et le pédophile et c’est Lolita, cette jeune femme de 12 ans qui est la victime de cet homme qui va abuser d’elle physiquement mis aussi mentalement. Vladimir Nabokov le montre avec autant de talent que le récit de Humbert Humbert. Des phrases cruelles et terribles qui montrent toute la souffrance de la jeune fille.

Ce roman est un chef-d’œuvre, car Vladimir Nabokov fait glisser le lecteur dans cette narration, dans l’histoire que veut se raconter cet homme qui parait si parfait, si intelligent. Et qui parfois fait tout de même prive d’une certaine conscience des actes qu’il commet pour mieux se replonger dans une sorte de dédoublement terrible. Nabokov nous entraîne avec violence, avec une plume incroyable avec lui nous faisant parfois oublier à nous aussi l’horreur à laquelle on assiste.

Ce roman n’a rien de la promotion de la pédophilie. D’ailleurs dans le prochain livre dont je vous parlerai, lors d’une proposition de l’adaptation du roman, Nabokov refusait qu’on puisse prendre une fille pour jouer le rôle de Lolita. D’ailleurs, plein d’éléments dans le roman montre cela et je trouve assez moderne cette dénonciation de cette société ou nombre d’hommes abusaient de jeunes filles... Je pense que les dernières actualités le prouvent.

Assurément, ce roman n’est pas simple à lire tantôt pour la plume qui demande une concentration, tantôt pour l’horreur qu’on découvre sans encore une fois, de vulgarité, d’obscénité très crue.

À lire, tout simplement.

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire 🌿

Plus récente Plus ancienne

Formulaire de contact