La Divine Comédie - Dante


Aujourd’hui, c’est un grand classique de la littérature que je vous présente aujourd’hui et qui a inspiré de nombreux auteurs contemporains. Je vous reparlerai en détails, dans un autre billet, cette expérience que fut cette lecture.


Néanmoins aujourd’hui, je vais vous parler de cette lecture qui fut une vraie ascension et que je ne recommande absolument pas à tout le monde ! Je crois que c’est une première ici !

Le livre raconte un voyage imaginaire qui conduit le poète successivement dans trois lieux. Dans chacun de ces trois mondes, le poète rencontre des personnages mythologiques, historiques ou des contemporains, chacun symbolise une faute ou une vertu spécifique, religieuse ou politique. Le poète décrit avec minutie les punitions qui sont infligées aux pécheurs et les récompenses décernées aux vertueux.

Editions Gallimard - 10.50€


C’est donc un roman que je ne recommande absolument pas à tout le monde. Je vous encourage généralement à lire des classiques de la littérature, mais ici, c’est une lecture qui est vraiment très exigeante. Autant dans le fond que la forme, c’est une lecture qui demande d’être bien préparée. D’ailleurs, je vous encourage aussi à le lire peut-être dans le cadre d’une lecture commune, car cela vous aidera à garder votre souffle durant ce moment de lecture. J’ai personnellement lu ce roman avec ma sœur, Onceuponabookaddict que vous pouvez retrouver sur Instagram.

"De tout le mal que le ciel déteste, l'injustice est la fin: et toute fin pareille nuit à autrui ou par la force ou par la fraude."

Pour aborder le roman en lui-même, je dirais que Dante a réussi à créer une œuvre unique et on comprend pourquoi il est une référence pour de nombreux auteurs, et qu’il reste une référence encore aujourd’hui. C’est une œuvre qui a aussi l’originalité de n’être pas forcément toujours équilibré. Mais avant de passer à la plume de cet auteur, parlons du roman dans sa composition.

Il y a trois grandes parties dans La divine comédie, à savoir Les Enfers, le Purgatoire et le Paradis. Personnellement, j’ai adoré la première, un peu moins la seconde même si elle reste très intéressante et je n’ai pas par contre, pas du tout apprécié le Paradis. On va donc suivre le narrateur qui va faire ce voyage dans une cartographie originale, et que je vous invite vraiment à visionner pour donner encore plus de reliefs au roman et bien saisir ce parcours pénible et très long. Dans les enfers, j’ai été assez surprise des très très nombreuses références à la mythologie grecque. On retrouver Achille, Ulysse ou encore Hélène et bien d’autres personnages, assez secondaire, dans cette mythologie. C’est un ouvrage médiéval, donc la mythologie grecque et les références ont inspiré bien des artistes au sens large, mais je ne m’attendais pas à en retrouver autant. Même la cartographie des Enfers ressemble beaucoup, à mon sens, à la cartographie des Enfers au sein de cette mythologie. 

La carte de l'Enfer par Sandro Boticcelli


C’est un parcours intéressant qui nous rapproche de Lucifer, avec les 7 grands pêchers. Cette partie était vraiment intéressante à mon sens et bien qu’elle soit assez “difficile”, j’ai accroché. Nous passons par la suite au Purgatoire, et là les choses commencent à se corser même si encore une fois, certaines pensées de Dante sont vraiment très pertinentes et ont un écho encore aujourd’hui, j’ai trouvé que certains choix de l’auteur n’étaient pas toujours “justes” ou “cohérentes”. La lecture commence à se faire assez longue avec quelques répétitions, des longueurs pas forcément utiles et certains références bibliques commencent à bien plus apparaître et là, j’ai commencé à doucement perdre patience.

"Ouvre l'esprit à ce que je t'enseigne, et garde-l'y bien; car avoir compris sans tenir en mémoire ne fais pas science."

Concernant le Paradis, je ne vous en dirais pas grand-chose hormis que c’est très long, qu’il faut de très nombreuses références littéraires ou historiques que je n’avais pas. Comme dans les deux parties précédentes, il faut aussi des références à l’histoire de l’Italie et bien que mes notes (que j’ai lu autant que le roman!) aident, elles ne sont pas à mon sens suffisantes. De très nombreux noms apparaissent et je pense dire que peu de lecteur·rice·s doivent tous les connaître.

Concernant la plume de Dante, c’est une plume exigeante à la fois par ses références, mais aussi à cause du rythme très lent, des images complexes. Avant de lire ce roman, je vous recommande fortement à faire quelques recherches sur Dante, pour comprendre par exemple ce personnage central qu’est Béatrice, mais aussi pour mieux saisir le contexte religieux et politique de cette époque. C’est une œuvre unique, car malgré vraiment cette lecture difficile et exigeante, elle reste une lecture qui réussit à nous faire nous poser des questions sur l’après, mais aussi apporte un regard intéressant sur la société et le peuple des Hommes. Je vous invite aussi à faire très attention à l’édition que vous allez choisir. Mon édition comportait des notes intéressantes, mais celle de ma soeur provenant de la Pléiade avait des notes bien plus fournies, plus nombreuses à certains endroits et c’est très utile dans le cadre de cette lecture.

Je vous reparlerai en détails de mes sensations durant cette lecture, une expérience unique qui fut intéressante.

Évidemment, je vous encourage à lire ce classique de la littérature médiévale, car elle est très riche, mais il faut juste faire des efforts avant, pendant et après cette lecture !

0 Comentarios

Merci pour votre commentaire 🌿

SUIVEZ-MOI SUR INSTAGRAM