C'est lundi, que lisez-vous ?



Cela fait un mois que je n'ai plus publié par ici, car j'ai pris un mois pour moi. Un mois qui fut fort intéressant, et qui m'a permis de prendre un peu de recul sur Bookstagram et prendre le temps de lire pour moi avant tout. Surtout que j'ai enchaîné de très nombreuses déceptions, et que j'ai frôlé la panne de lecture, tout simplement !


Je reviens donc pour vous parler de mes dernières lectures, le temps d'une petite mise à jour de ce qui peut désormais continuer ma petite PAL du moment. Avec le week-end qui fut long pour ma part et pluvieux, j'ai eu le temps de lire et cela fait du bien, car j'ai eu de très belles découvertes, dont un coup de coeur.

CE QUE J'AI LU

BD & romans graphiques

La petite dernière



Publié chez Dargaud, j'ai lu un roman graphique qui adapte la jeunesse de Susie Morgenstern par Johann G.Louis . C'est avec des dessins touchants, originaux que l'on découvre Susie lors de ses 10 ans. Petite fille juive qui grandit aux Etats-Unis, qui n'a pas connu la Seconde Guerre mondiale, elle va être confrontée à l'Histoire lorsque de la famille venant de Pologne les rejoint. C'est très émouvant, et même si je n'ai pas encore publié ma chronique, je vous la conseille.

Open space: pandémie, télétravail et autres contrariétés



Publié aussi chez Dargaud, James publie dans le magazine Challenges, ces petites bulles. j'ai vraiment apprécié l'humour qu'on y trouve et comment est traité le thème du travail. On découvre ainsi les deux statuts : celui du salarié de bureau et celui du patron tout en suivant les actualités politiques de la France jusqu'à l'arrivée du coronavirus. C'est très drôle, très rapide à lire et je pense que beaucoup de personnes s'y reconnaîtront !

Romans

Pénélope à Ulysse et autres lettres d'amour de grandes héroïnes antiques


Ces lettres proviennent du roman du même auteur, Les Heroides. Ovide est un auteur que j'ai connu avec les métamorphoses et que j'avais beaucoup aimé. Ici, on découvre les lettres de Pénélope, Briséis, Ariane ou encore Médée. C'est vraiment très émouvant, et je trouve que ce qu'on retrouve dans ces lettres de ces figures féminines antiques, résonne avec des amours d'aujourd'hui ! J'ai hâte de vous en reparler avec détails ! Pour moi, c'est le gros coup de cœur de mes lectures !

Iliade


Un classique dont j'avais lu seulement des extraits et qui, j'avoue pour une raison qui m'échappe, me faisais un peu peur à lire. La peur des descriptions des combats par exemples et des chants un peu longs à ce propos. Finalement, j'ai redécouvert la plume d'Homère avec un énorme plaisir et j'ai adoré l'Iliade qui offre un nouveau visage parfois à ces héros et grands noms de l'Iliade. C'est à relire pour prendre conscience que le célèbre film, Troie avec Brad Pitt est loin de ce que l'on retrouve, je trouve, dans le roman !



CE QUE JE LIS

J'ai eu l'envie de me replonger dans les classiques antiques. Je continue donc mon voyage avec Homère en lisant l'Odyssée. J'avais lu le texte abrégé il y a des années et c'est aussi intéressant d'enchaîner avec l'Iliade ou encore la lecture d'Ovide. J'ai hâte de vous en faire un retour et de vous proposer des œuvres autour de ces deux grands titres.




CE QUE JE VAIS LIRE

La fille de Sparte de Juliette Tournand chez les éditions Le passeur



"Sophocle est considéré comme le père de la philosophie et de la psychologie, le « paradigme de la tragédie » selon Aristote. Il est enseigné dans les écoles au détriment d’Eschyle, qualifié de rustre et dont les tragédies seraient moins abouties.

Or, Juliette Tournand démontre avec rigueur et clarté que les tragédies d’Eschyle, L’Orestie notamment, sont des trésors, des œuvres riches, complexes et nuancées, infiniment plus subtiles que celles de Sophocle qui créa les premiers « blockbusters » au prix de simplifications abusives, notamment envers les personnages féminins.

Au cœur de L’Orestie, Clytemnestre, la reine meurtrière assassinée par son fils, figure honnie depuis des siècles, se révèle en fait une femme qui a dirigé seule son pays de main de maître, sacrifié sa réputation pour rétablir la justice, puis sa vie pour, posant les fondements de la justice moderne, sauver sa descendance et rendre un avenir à sa cité.

Par de courts chapitres rythmés et dans une langue fluide et accessible, Juliette Tournand relit L’Orestie sous la plume d’Eschyle, et en dévoile les multiples thèmes entrant en résonance avec les temps présents : la nature, la sagesse, la justice, la théologie, le féminin, la sociologie des foules et de la famille, la psychologie et la psychanalyse et surtout la démocratie. Une œuvre précieuse à découvrir ou redécouvrir qui se révèle aussi palpitante que les meilleures séries. "



N'hésitez pas à partager en commentaire vos dernières lectures 

0 Comentarios

Merci pour votre commentaire 🌿

SUIVEZ-MOI SUR INSTAGRAM