Le journal de Renia – Renia Spiegel



C’est un journal qui nous permet de découvrir les pensées d’une jeune femme mais aussi son histoire qui s’inscrit dans la Grande.


Pologne, 1939. Renia Spiegel a 15 ans et commence à tenir un journal. Elle couche sur le papier ses préoccupations d'adolescente : l'école, ses meilleures amies, ses rêves d'avenir. Apprentie poète, elle parsème son journal de ses œuvres. Au fil des pages et des mois qui passent, les sujets se font plus graves. Pour Renia, qui est juive, et sa famille, les conditions de vie se détériorent. Jusqu'à ce que peu à peu, l'angoisse s'immisce entre les tranches de vie quotidienne. Autour de l'adolescente, l'étau se resserre et le danger se rapproche. L'horreur finira par la rattraper en juillet 1942 lorsque, cachée par la famille de son petit ami, elle sera dénoncée par un voisin. Renia meurt à l'âge de 18 ans, tuée par la Gestapo, laissant derrière elle un témoignage poignant. Traduit pour la première fois en français, Le Journal de Renia est un document aussi nécessaire que bouleversant. Conservé par le petit ami de Renia puis transmis à sa mère qui n'aura pas le courage de le lire, il sera longtemps laissé de côté. Près de quatre-vingts ans plus tard, il est enfin publié.


De plus, l’histoire de ce journal ajoute une réelle dimension émouvante. 


 C’est donc le journal intime de Renia Spiegel qui va nous permettre de découvrir les pensées d’une jeune fille et des évènements qui appartiennent à cet âge comme les premiers émois, les histoires amicales mais aussi quelques pensées sur elle-même. C’est évidemment émouvant, nous sommes au sein même de son intimité et on découvrir ainsi son cercle familial et amical. Un détail que j’ai trouvé aussi très agréable à découvrir furent ces poèmes qui reviennent régulièrement au sein de ces pages. Je ne vais pas faire la critique de la qualité de ces poèmes, mais j’ai aimé aussi découvrir cette facette de cette jeune femme qui exprime aussi une partie d’elle-même, ses émotions par ce biais. 


 Néanmoins, je dois être sincère, j’ai trouvé qu’il manquait une dimension historique comme je l’attendais. On va découvrir une jeune femme, mais peu d’évènements historiques appartenant à la période dans laquelle ce journal s’inscrit. Si vous voulez réellement apprendre des choses que la Seconde Guerre mondiale, d’autres ouvrages seront bien plus documentés. Mais si vous voulez découvrir un quotidien seulement, une personnalité, la jeunesse de cette époque, alors oui, ce journal sera fait pour vous. Lorsqu’on lit ce journal, on ne peut pas se détacher de la fin tragique de cette histoire puisque Renia fut dénoncée et abattue. 


De plus, l’histoire de ce journal est toute aussi touchante, peut-être aurais-je voulu que ceci soit en lumière. C’est son petit-ami qui cachera le journal de la jeune fille et qui retrouvera la famille de cette dernière qui a survécut à qui il remettra ce témoignage précieux. Ce journal restera 70 ans dans un coffre avant d’être enfin publié. Cette histoire est très touchante et apporte encore plus une certaine dimension à ce journal, y compris à cette figure qu’est Zygmunt Schwarzer que nous rencontrons dans les pages du journal de Renia.  



Éditions Les Escales – 384 pages

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire 🌿