Le consentement, Vanessa Springora


Un roman émouvant bien sûr car nous assistons à des scènes qui semblent surréalistes mais aussi qui interroge sur les années précédentes au sujet de la société.


"S'emparer avec une telle brutalité de l'image de l'autre, c'est bien lui voler son âme."

Bien sûr les points forts de cet ouvrage est le piège dans lequel se retrouver Vanessa dans les griffes de ce prédateur narcissique qu'est G.A (je ne le nommerais pas, son nom est assez partout et je ne veux pas donner une importance à cet homme) . Elle a 13 ans, lui 50ans et vont entretenir une longue relation, non cachée, surtout dans le milieu littéraire. On peut alors découvrir un portrait de GA absolument terrible, avec ses « exploits » pédophiles dans ses romans. C’est juste révoltant, terrible car le milieu littéraire soutenait cette relation entre Vanessa et GA. Y compris les parents de la jeune fille qu’elle était. Aujourd’hui, ce ne serait pas possible et HEUREUSEMENT mais cela pose des questions autour de la société de ces années-là ou l’enfant n’avait pas la même place qu’aujourd’hui. 

D’ailleurs à ce propos, je vous renvoie sur lui podcast que j'apprécie beaucoup et qui en parle aussi très bien ! 



Ce n’est donc pas seulement GA le fautif, mais tout l’entourage de Vanessa qui est au courant de cette relation avec cet homme d’âge mûr, qui a une influence sur elle, une certaine autorité pour cette jeune femme qui se retrouve sans une réelle influence paternelle. 

Un autre aspect très intéressant de ce roman très pertinent de la part de ‘autrice, c’est d’avoir vraiment dénoncé non pas son agresseur mais aussi la société qui a toléré ceci. Une remise en contexte du milieu littéraire de l’époque qui ne se cache même pas en cautionnant ce genre de choses. 

Un ouvrage qu’il faut lire, comme n’importe quel témoignage mais encore plus pour prendre conscience des choses et que tout ceci évolue en faveur des victimes ! La première chose serait d’ailleurs le changement du terme « pédophile » qui selon sa racine grecque, signifie «ami des enfants »… 

Grasset / 216 p. / 18 €


Pour aller plus loin : 
  • Cet article du Monde
  • L’interview de Vanessa Springora dans Quotidien


0 commentaires

Merci pour votre commentaire 🌿