Charles et Zita - Jean Sévillia


L'édition collector en un volume des deux biographies à succès de Jean Sévillia, Le Dernier Empereur. Charles d'Autriche 1887-1922 et Zita, impératrice courage. En 1916, à la mort de l'empereur François-Joseph, lui succédant sur le trône des Habsbourg, son petit-neveu, l'archiduc Charles, marié cinq ans plus tôt avec la princesse Zita de Bourbon-Parme, devenait l'empereur Charles Ier en Autriche et le roi Charles IV en Hongrie.

Il avait 29 ans, et un programme : la paix, les réformes. De 1916 à 1918, le jeune monarque tenta l'impossible pour desserrer l'alliance allemande dont il avait hérité et permettre à son pays de sortir du conflit. Il ouvrit à cette fin des négociations secrètes avec les Alliés, notamment par le truchement de ses beaux-frères, Sixte et Xavier de Bourbon-Parme, officiers dans l'armée belge. Cependant aucun de ses adversaires ne saisit la main que tendait Charles Ier, soutenu par son épouse.

En 1918, l'Autriche-Hongrie démantelée, l'empereur dut renoncer au pouvoir. Il se réfugia en Suisse avec sa famille, mais sans perdre l'espoir de retrouver un jour sa couronne. Après deux vaines tentatives de restauration en Hongrie, en 1921, Charles et Zita furent relégués par les Alliés sur l'île de Madère où ils vécurent dans le dénuement. Cette page sombre, vécue chrétiennement, s'acheva dans le drame : le 1er avril 1922, l'empereur mourut à l'âge de 34 ans.

L'impératrice Zita, alors âgée de 30 ans et enceinte de son huitième enfant, devait survivre soixante-sept ans à son mari. Dans un premier temps, elle se voua à élever ses enfants, dont l'aîné, Otto de Habsbourg, était destiné à la politique. Vivant en exil en Espagne, en Belgique, aux Etats-Unis et au Québec, l'impératrice Zita revint en Europe au début des années 1950, mais n'eut le droit de revenir en Autriche qu'en 1982.

A sa mort, en 1989, à l'âge de 97 ans, ses obsèques ont été célébrées à Vienne selon l'ancien cérémonial funèbre des Habsbourg. L'empereur Charles Ier a été béatifié par Jean-Paul II en 2004. L'impératrice Zita fait aussi l'objet d'un procès de béatification, ouvert en 2009. La dimension spirituelle de ces deux personnages, outre la tragique singularité de leur destin historique, confère à leur couple un rayonnement croissant.

Editions Perrin / Prix: 18€ / Cultura / Amazon / Decitre





Mon avis

C’est un ouvrage que j’ai particulièrement aimé. Ancienne étudiante en Histoire, j’aime ce genre d’ouvrage et j’avoue un faible pour les ouvrages autour de cette famille royale que sont les Habsbourg qui ont marqué l’Histoire. C’est donc avec un grand plaisir que j’ai pu découvrir ce livre qui regroupe deux ouvrages, celui sur Charles et celui sur Zita.

Tout d’abord, je dois dire que la plume de Jean Sévillia à su me séduire. J’ai trouvé que celle-ci était à la fois très facile à lire, mais aussi très agréable. Même si ces deux ouvrages restent des biographies, j’ai trouvé que cette plume permettait de ne pas ressentir le côté pesant de ce genre. Dans la façon de mener son travail, j’ai trouvé que l’auteur avait fait un très bon travail : remise dans le contexte, sources et documents intéressants, explications simples et claires des personnalités, et chronologie respectée et facile à suivre. J’ai trouvé que l’auteur avait apporté un soin particulier dans le portrait de ces souverains.

Cependant, le seul bémol que je pourrais émettre sur cet ouvrage, c’est peut-être l’enchaînement des deux biographies. De nombreux événements ont été vécus simultanément par le couple royal et j’ai trouvé que le début de la biographie de Zita était un eu répétitif. Néanmoins, j’ai trouvé que la suite était intéressante, et permettait de découvrir cette personnalité, cette dernière impératrice qui a toujours gardé le deuil de son mari, mort jeune et demeurant toujours à Madère. Je ne vais pas vous faire un portrait de ce couple, je laisse Jean Sévillia le faire, mais j’ai trouvé intéressant de découvrir ces deux personnalités courageuses, trop souvent oubliée par l’Histoire et éclipsées par le couple mythique que furent François-Joseph et Sissi.

Je ressors donc enchanté de cet ouvrage qualitatif, et qui permet de mieux comprendre cette période qui a été si importante en Autriche (et pour les royaumes de l’époque).


Service presse - Chronique non-rémunérée

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire 🌿

Plus récente Plus ancienne

Formulaire de contact