Aux sévices de l’Eglise - Jean-François Laville, Soeur Camille


 « Des dizaines de vies ont été détruites et on aurait pu l'éviter. Je ne sais pas si ce dégoût passera un jour…» - sœur Camille

« Il justifiait ses actes en évoquant l'amour de Jésus qu'il pouvait ainsi me faire ressentir. » - Michèle-France Pesneau

« La veille de l'avortement, le Jésuite me dit tout attendri qu'il est sûr que c'est une fille, il fait un signe de croix sur mon ventre. Il a baptisé le fœtus. » - Anne Mardon

« Il a mis ses mains entre mes jambes en me disant qu'il devait recommencer pour être sûr que Jésus puisse me guérir. Je suis sortie de là dans un état lamentable. J'avais 20 ans ! » - Caroline Pierrot

« Ce livre est le fruit d'une rencontre, celle de Camille, une soeur qui vient tout juste de quitter sa communauté. Elle me raconte les dérives, les abus et les déviances instaurés en théorie dans sa congrégation. Je décide d'en savoir plus. Elle me présente d'autres victimes et les témoignages de religieuses et religieux ayant vécu l'innomable se multiplient.

Le 5 octobre 2021, Jean-Marc Sauvé, ancien vice-président du Conseil d'État, remet le rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l'Église (CIASE) à la conférence des évêques de France. Un chapitre est consacré aux religieuses abusées. Deux ans après ce rapport, la situation a-t-elle vraiment changé ? » - J-F Laville

Editions Récamier / Prix: 20€ / Cultura / Amazon / Decitre





Mon avis

C’est un ouvrage à la thématique évidemment touchante et révoltante aussi. À ce propos, je vous invite vivement à découvrir le reportage qui aborde cela sur arte -ici- et dont il est aussi mention dans cet ouvrage. Grâce à ce reportage, certaines voix ont pu se faire entendre. Je me devais de mentionner cela.

Évidemment, je ne vais pas parler ou juger les faits qui sont rapportés. Chaque chapitre donne la parole à une ancienne sœur qui explique comment elle a vécu ces sévices sexuels. Entre les témoignages touchants, révoltant l’auteur apporte quelques explications sur la façon dont ses sévices sont possibles, et dénonce l’abus spirituel que ces femmes vivent de la part de ces hommes, même si certaines mentionnent aussi des violences faites par des femmes.

Ces témoignages ont des ressemblances et permettent de se rendre compte du monde opératoire redondant : on précipite parfois l’entrée de ces jeunes femmes dans les ordres, puis utilise la naïveté de ces dernières, ainsi que leur position et ce qu’il représente religieusement, pour mieux les contrôler et les abuser. On découvre aussi comment la communauté est faite aussi de silences et va abandonner ces femmes qui se retrouve alors à sortir de celles-ci et se retrouve sans rien, ni bien, ni argent et se retrouve dans une grande précarité.

Cet ouvrage laisse la place à ces femmes réduites au silence et à la solitude. J’ai trouvé que les informations sur le modèle qui s’opère, tout comme des informations sur la façon dont on peut condamner ces abus dans un tel cadre religieux, ainsi qu’un historique de cette situation.

Dans son ensemble, l’ouvrage est complet, accessible même si évidemment, il n’est pas simple à lire puisque les femmes racontant leurs abus peuvent heurter celles et ceux sensibles à ce propos. Mais je le trouve nécessaire, comme pour tout ouvrage dénonçant les sévices de celle et ceux qui peinent à se faire entendre et à être reconnu comme victime.

Un ouvrage dénonce, qui libère la parole !


Service presse - Chronique non-rémunérée

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire 🌿

Plus récente Plus ancienne

Formulaire de contact