Le chant de la rivière – Hannah Richell



Je connaissais l’autrice car j’avais lu ses deux ouvrages précédents, à savoir Un fragile espoir et Les secrets des Cloudesley. Une plume pleine d’émotions et un superbe moment de lecture en perspective donc ! 

Des trois sœurs Sorrell, Lucy a toujours été la plus imprévisible. Pour autant, personne ne s’attendait à la voir annoncer ses noces une semaine à peine avant la cérémonie ! Pourquoi une telle urgence ? Lucy ne peut-elle jamais rien faire comme tout le monde ? Tandis qu’Eve, l’aînée, décide de tromper son agacement et ses problèmes en s’investissant dans les préparatifs, Margot, la cadette, s’inquiète : elle, qui a rompu tous liens des années plus tôt, redoute ce séjour dans la maison de famille chargée de souvenirs douloureux, et la confrontation inévitable avec sa mère, cette grande romancière à l’inspiration tarie depuis longtemps. Mais Margot n’est pas la seule à vouloir tenir le passé à distance. Car s’il est un trait que partagent les Sorrell, mère et filles, c’est le goût du secret. Et ces jours de fête pourraient se transformer en catharsis familiale…

Ce nouveau roman est une jolie découverte et j’avoue qu’il arrive en deuxième place de mon top de cette autrice. 


Une nouvelle fois, Hannah Richell sait à la fois mener son intrigue jusqu’à la dernière page, tout en mêlant des émotions diverses et intenses. Les personnages savent nous parler et c’est donc avec un certain plaisir que l’on se plonge dans cette nouvelle histoire qui tourne autour de la famille et des secrets.


Trois sœurs, très différentes et qui pourtant ont des destins à la fois très simples et réalistes mais aussi très différents. Trois personnalités attachantes et qui se cachent des choses. Personnellement, j’ai eu un attachement assez grand pour Lucy et Margot. Deux personnalités fortes, mais de façons différentes. Eve, l’année des trois est aussi agréable à découvrir, une fragilité chez elle qui tente de mener cette famille, de la maintenir à la surface. Deux parents, deux personnalités émouvantes et créatrices tout aussi intéressantes. Les points de vue se mêlent et permettent de mieux les découvrir, de se rendre compte que même les gens que nous pensons bien contraire ont aussi une partie sombre, qu’une fois qu’ils ferment la porte de chez eux, les choses sont différentes.


C’est très beau, ces trois femme enfin quatre car la maman est tout aussi importante voir centrale dans cette famille, montrent des failles féminines, des personnalités de la féminité d’une douce façon. Les secrets sont trop présents et vont finir par les étouffer car Hannah Richell rappelle à quel point les non-dits peuvent consumer une personne. Margot en est un exemple des plus émouvants.


Ce roman n’est pas plein d’actions, ce roman se lit comme on apprécierait une promenade calme au bord de cette rivière. Une visite intime dans cette maison de famille qui enferme bien des choses. C’est beau, doux et cruel. C’est fort en émotions et c’est un roman qui se dévore aussi. 


Une jolie lecture, des failles qui le sont tout autant. 

Editions Belfond (400 p.) - 5/5 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire 🌿