Un amour inhumain – Edogawa Ranpo



Si vous appréciez la lecture japonaise, ce recueil de six nouvelles est un titre a noté pour une prochaine lecture. J’ai beaucoup aimé la plume de cet auteur, qui je trouve, est peu cité alors qu’il a publié de nombreuses choses. 



Jusqu'où la passion peut-elle nous emporter ? Ce recueil original rassemble six nouvelles inédites en français d'Edogawa Ranpo. Publiées sur plus de trente ans, entre 1926 et 1955, elles reflètent ses thèmes fétiches de la passion obsessionnelle et d'une fascination amoureuse aux accents morbides, parcourues d'un frisson d'étrangeté caractéristique de l'oeuvre de l'auteur. Contes noirs parfois fantastiques, dans la lignée d'Henry James et d'Edgar Poe, ces récits hypnotiques explorant les figures de la poupée (« Un amour inhumain ») ou de la femme fantôme (« L'abri antiaérien ») frappent par leur profonde modernité. La passion amoureuse en particulier s'y dévoile dans tout son absolu, éclairant les recoins les plus sombres de la nature humaine.



Pour rappel, c’est un recueil de nouvelles. Pour n’importe quel recueil, je trouve qu’avec ce genre d’ouvrage, on ne peut pas adhérer à toutes de la même façon. Les univers, les personnages sont différents et je pense qu’il faut garder ce détail, assez important, dans un coin de son esprit.  


Ici, on trouve des nouvelles, qui sont parues dans diverses revues, appartenant à divers genres : policier, fantastique, érotisme, … De ce fait, j’ai eu quelques préférences à savoir celles-ci : « Un amour inhumain » ou encore « l’apparition d’Osei ». Les nouvelles ont des longueurs différentes, mais selles sont toutes de qualité même pour celles avec lesquelles j’ai moins accroché. 

La plume de l’auteur japonais est une totale découverte et ces nouvelles sont parfaites pour aller en douceur vers d’autres ouvrages d ce dernier. C’est Il reprend ici le côté sombre du genre gothique que j’aime tellement, et il est vrai que dans certaines nouvelles, on sent une influence à la Edgar Poe.


Ces nouvelles représentent tout ce que j’apprécie dans cette littérature : une plume qui est assez sobre, qui ose aller dans des noirceurs d’une façon sublime et avec un réel et montre des facettes humaines terribles. L’ambiance, la culture japonaise est au rendez-vous !


Un ouvrage court, parfait pour se plonger dans les autres publications de cet auteur japonais ou parfait pour découvrir cette littérature qui regorgent d’ouvrages sublimes ! 



Editions 10/18 (190 p.) - 5/5 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire 🌿

Instagram