Reine de beauté - Amy K.Green

par - 3.10.20




C’est un thriller dans les pas de Joel Dicker et de son affaire Quebert. J’ai adoré lire ce roman qui est très accessible, rythmé et parle d’un phénomène aux Etats-Unis avec les contours de beautés chez les petites filles et adolescentes. 


La communauté de Wrenton, dans le Maine, est sous le choc : le corps de Jenny Kennedy, reine de beauté de treize ans, vient d'être retrouvé à l'orée des bois, dans une chemise de nuit rose, un bouquet de fleurs à la main. Le coupable ? Tous désignent un garçon simplet, fervent amateur de concours de miss. Seule Virginia, la demi-sœur de la victime, récuse cet avis. Si elle détestait sa cadette presque autant qu'elle déteste la famille parfaite recomposée par son père, elle n'en connaissait pas moins les secrets troubles de la belle adolescente. Des secrets qui les unissaient malgré elles... Pourquoi remuer le passé quand tout le monde semble s'accorder sur un coupable ? Pourquoi prendre le risque de souffrir, encore ? Mais Virginia veut savoir. À tout prix. Quitte à révéler le vice sous la blancheur des façades à bardeaux blancs de ce village paisible. Quitte à pénétrer sur le terrain de chasse du plus terrible des prédateurs....

Concernant l’histoire, on suit Jenny qui a participé à de nombreux concours de beautés en tant qu’enfant et désormais adolescente. Sa mère, Linda, lui met la pression pour qu’elle soit toujours parfaite, tout comme son père qui tient à ce que sa fille réussisse sa vie. Lui même ayant subit un « échec » puisque sa première femme s’est suicidée et que sa première fille, Virginia, trentenaire, semble perdue depuis sa rupture qui commence à dater. Or, Jenny est retrouvée morte et une enquête va donc être menée par sa demi-soeur qui va ainsi, tout en découvrant les secrets de sa cadette, se découvrir aussi.

On alterne les points de vue, celui de s deux soeurs, permettant de découvrir ces personnages et l’entourage autrement et avec plus de détails. J’aime beaucoup cette idée qui permet de se faire une réelle idées de la mentalité des personnages. Il y a ainsi plusieurs tabous qui sont révélés: des relations entre adultes et mineures, la pression parentale et l’exposition de ces fillettes, sexualisées aux yeux de tous, l'alcoolisme. 

La plume d’Amy K.Green est très simple à lier et si vous voulez vous lancer dans le genre, c’est un parfait titre pour cela. Le contrat, arrivé à la fin du roman est remplit et le rythme de la plume permet de décorer le roman et d’avoir une addiction à ces dernier. Personnellement, j’ai eu du mal à le lâcher car une fois dedans, on embarque vraiment dans cette intrigue.

Editions Belfond (334 p.) - 5/5 

D'autres articles

0 commentaires

Merci pour votre commentaire 🌿