La promesse - Marie de Lattre


La promesse que souhaite tenir ce livre, c'est d'abord celle de raconter le destin d'un enfant qui bascula avec la guerre.

Nous sommes en 1942, Jacques a 8 ans. Ses parents sont des artistes juifs émigrés d'Europe de l'Est. Lorsqu'ils sont arrêtés, avant d'être exterminés en Pologne, le père de Jacques, du camp de Drancy, écrit à une jeune femme pour la supplier de ne pas oublier l'enfant. Et sa mère formule la même prière à un de leurs amis. Cette femme et cet homme, qui ne se connaissaient pas, sauveront Jacques. Mais au nom de quels liens ? Quels chemins prendront leurs vies lorsque la guerre sera finie ?

Nous sommes en 2022. Ce qui compte désormais, c'est de transmettre ce que des Français ont fait, dans le secret et le courage. La promesse dit l'amour filial, l'instinct de survie, la violence née du silence, et la réconciliation entre des générations.

Editions Pocket / 7.70€





Mon avis

C’est un roman très touchant, abordant la Seconde Guerre mondiale d’une façon intime et douce.

Marie de Lattre nous livre son histoire familiale, plus précisément celle de son père qui a eu 4 parents. Enfant juif, ses parents “biologiques” l’ont protégé pour qu’il échappe au sort dont ils furent eux-mêmes victimes. Marie de Lattre nous offre ses souvenirs de famille en racontant son propre père avant tout, cet homme qui a été marqué très profondément, qui a toujours caché sa véritable origine. On peut découvrir toute la souffrance de cet homme, la colère en lui. C’est très émouvant à lire.

Puis l’autrice, je l’avoue d’une façon un peu décousue parfois ce qui peut parfois être gênant, nous raconte alors l’histoire de ses grands-parents. Ceux qui sont les parents de ce père, puis leurs amants respectifs. On découvre deux histoires d’amour que les principaux protagonistes n’ont pas caché à l’autre. C’est très émouvant et parfois un peu frustrant aussi de ne pas pouvoir avoir les correspondances entières. Ce sont deux histoires tout autant touchantes. Puis, l’originalité est que les amants sont devenus les parents de cet enfant juif en souvenirs de celle et de celui, qu’ils ont aimés. C’est une famille ou les secrets, les non-dits sont restés jusqu’à leur mort, laissant cet enfant qui est devenu un homme blessé et en colère au fond de lui, sans réponse. Pourtant, on ne peut qu'être touché par cette histoire originale, on ne peut qu’être en colère de voir ces amours impossibles à cause de leur religion, à cause de cette guerre qui a empêché à de jolies histoires de pouvoir être vécue et qui auront pourtant été vécue jusqu'au dernier moment. On découvre aussi tout l’amour de ses parents biologiques, toute l’inquiétude de savoir cet enfant protégé et soigné par cet amant et cette amante en qui ils sont foi, qu’ils aiment.

Un travail de mémoire important, surtout pour l’autrice afin que cette histoire familiale soit connue, que les non-dits ne traversent pas une autre génération.

C’est doux et amer. C’est un autre aspect de cette guerre : l’amour de ses parents, qui ont été capables du sacrifice le plus grand pour la vie de leurs enfants.

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre commentaire 🌿

Plus récente Plus ancienne

Formulaire de contact