Théodora : Prostituée et impératrice de Byzance - Virginie Girod



Aujourd’hui, j’avais envie de vous proposer une lecture historique. Virginie Girod n’est sûrement pas un visage inconnu pour celles et ceux qui regardent secret d’histoire ! 


Fille de montreur d'ours de l'hippodrome de Constantinople, prostituée ambitieuse et énergique, séductrice à la fois belle et intelligente : il n'est pas possible de trouver, dans toute l'Antiquité, destin de femme aussi prodigieux que celui de Théodora. L'époque de Théodora, le VI e siècle, était celle de la splendeur de l'Empire byzantin, qui avait repris le flambeau de la civilisation romaine dans l'ensemble du monde méditerranéen. Théodora commença par devenir la maîtresse du futur empereur, âgé de dix-sept ans de plus qu'elle. Il s'attacha si bien à elle qu'en dépit de toutes les pressions, il l'épousa et fit d'elle l'impératrice de Byzance, l'associant à son gouvernement en toute légalité. On imagine la violence des réactions du monde exclusivement masculin qui l'entourait. Lorsque de surcroît elle se mêla de politique, se mit à limoger et à nommer les hauts fonctionnaires et les chefs militaires, empêcha Justinien d'abdiquer devant une très puissante révolte, le força à inclure dans la loi (le fameux Code Justinien) des dispositions "féministes" sur le mariage, le divorce, l'adultère et la prostitution, et lorsqu'enfin elle se permit de nommer le nouveau pape, elle essuya une haine universelle dont les chroniques de l'époque se font l'écho et que la plupart des historiens modernes reproduisent sans autre forme d'examen.


C’est une historienne qui apparait régulièrement dans cette émission et c’est avec une curiosité supplémentaire que je me suis plongé dans cet ouvrage.


Je ne vais pas vous faire une biographie de Théodora, bien qu’elle fût une personnalité très intéressante et que je vous recommande de découvrir cette femme que rien ne prédestinait à avoir une telle prestance ! J’ai beaucoup aimé cet ouvrage qui est assez simple à lire, bien documenté et qui permet de découvrir Théodora mais aussi son époque, sa cité mais aussi les grades personnalités de son époque. 


L’autrice nous dresse un portrait d’une façon simple et agréable. C’est un ouvrage destiné au grand public et j’aime ce genre d’ouvrage de vulgarisation qui est tout de même assez complet et agréable à lire. Le seul bémol dans cet ouvrage c’est que j’aurais apprécié avoir une carte de Constantinople puisque l’autrice nous décrit la ville mais aussi une carte peut-être pour remettre à l’esprit des lecteurs, les villes importantes par rapport au sujet. 


Virginie nous donne ainsi un portrait de Théodora qui apparait comme une femme forte, qui se connait et qui va avoir une forte influence, forte de ses expériences passées avant de devenir impératrice. On la découvre ainsi de l’enfance jusqu’à ce qu’elle atteigne le statut d’impératrice. Lire ce genre d’ouvrage ce fait parfaitement avec une telle plume et le découpage, important aussi, permet de lire un chapitre avec plaisir. 


J’ai beaucoup apprécié le fait aussi que Virginie Girod insiste sur la remise en question des sources historiques car certaines figures historiques qui ont laissé des traces ont parfois un certain regard, manquant d’objectivité. C’est très important cette mention, qui est régulièrement répété, car toute trace est à remettre dans un contexte. 


Si vous appréciez l’histoire et voulez découvrir une figure féminine qui a marqué l’histoire, je vous recommande cet ouvrage clair, riche et simple à lire ! 


Editions Tallandier (288 p.) - 5/5 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci pour votre commentaire 🌿