Marceline Desbordes-Valmore - Stefan Zweig



C'est un ouvrage qui m'intéressait grandement depuis ma lecture de l'ouvrage sur cette poétesse et comédienne proposé par Calmann-Levy. Ma chronique est disponible juste ici. Je connais la plume de Stefan Zweig pour avoir lu de nombreux romans, j'avais donc une entière confiance en sa qualité et je ne fus pas déçue !

Vers 1902, alors qu’il prépare une anthologie de poèmes de Verlaine, Stefan Zweig découvre les écrits de Marceline Desbordes-Valmore. Née à Douai en 1786, arrivée à Paris à l’âge de seize ans, elle entame une carrière d’actrice avant de se consacrer à l’écriture. Hantée par une passion déçue, brisée par de multiples deuils, Marceline Desbordes-Valmore mène une existence douloureuse, qu’elle parvient à transfigurer par la poésie. Si elle-même était aveugle à son propre talent, se considérant comme une « bien ignorante et bien inutile créature », celle que les médisants surnommaient « Notre-Dame des Pleurs » fût pourtant célébrée par Hugo, Balzac, Lamartine ou encore Baudelaire comme l’un des plus grands génies féminins de la littérature. Ne dérogeant pas à la règle, Zweig se joint à ce cortège d’admirateurs et livre dans cette biographie un hommage vibrant à la poétesse, présenté pour la première fois dans sa traduction intégrale.

Editions Livre de poche - 312p. - 7€

Je dirais que cet ouvrage était parfait après la lecture précédente dont je viens de vous parler. Commencer par un roman est peut-être plus agréable et la façon choisie par Stefan Zweig pour aborder la vie de Marceline Desbordes-Valmore est peut-être un peu trop désordonnée que le roman en question. Quand je dis "désordonnée", c'est que Stefan Zweig a choisi une chronologie thématique et non-temporelle. Mais cela permet néanmoins de bien se rendre compte de la vie de cette femme et il possède des qualités que n'a pas le roman publié chez Calmann-Levy (et que je lui reprochais justement).

Stefan Zweig s'intéresse donc à Marceline Desbordes-Valmore un peu par hasard. Son travail est de grande qualité. Les détails sur cette femme prouvent de grandes recherches menées à la fois dans ces poèmes, mais aussi dans des archives pour bien la cerner. Comme je vous le disais, Stefan Zweig fait le choix de chapitres thématiques et permet ainsi de faire le portrait complet de cette femme et de sa vie, tout en créant quelques parallèles avec les travaux de cette poétesse pour être clair. Ce n'est pas non plus trop "scolaire" comme biographie, ce qui est très agréable à lire et est à préciser.

Je ne vais pas vous faire un portrait de cette femme qui fut une comédienne reconnue, mais aussi une grande poétesse dont le talent fut reconnu par Hugo, Lamartine et Balzac. Je pense que cela peut donner un aperçu de la qualité de cette femme. Ayant eu un coup de cœur pour ses écrits, je compte vous faire un billet spécial sur elle très prochainement.

"Il y a le monde des pensées et le monde des sentiments. Je ne sais pas qui a la pensée, et si quelqu'un l'a dans ce siècle, mais à coup sûr, vous avez l'autre. Vous y êtes reine." - Victor Hugo

Les gros points positifs à mon sens sont qu'ont été ajoutés quelques poèmes de Marceline Desbordes-Valmore, sa correspondance, mais aussi quelques jugements de grands auteurs qui parlent de cette femme. C'est un plus pour moi importants, car cela permet d'avoir un portrait complet. C'est ce que je reprochais un peu à l'ouvrage de chez Calmann-Levy, il manquait à mon sens quelques exemples des écrits de cette femme. Même si cela ne remplace pas ses recueils de poésies, cela permet de se rendre compte des commentaires de Stefan Zweig, qui sont très justes à mon sens.

"Fidèle à l'époux, elle est également, cette âme reconnaissante, fidèle au sentiment."

C'est un ouvrage qui se lit très facilement, qui se lit rapidement aussi et qui permet de découvrir cette figure féminine. On peut vraiment se rendre compte de toute la sensibilité, le côté humble et simple de cette femme. C'est une femme passionnée, aimante, qui a eu un mariage qui dura toute sa vie avec beaucoup d'affections pour son mari, comédien pour sa part.

"Sa sensibilité, repoussée par un être humain, va maintenant se déverser dans l'infini."

Si vous avez envie d'en découvrir plus sur Marceline Desbordes-Valmore, je vous mets le lien vers ma précédente chronique ou quelques liens supplémentaires sont disponible et je vous retrouve prochainement pour un portrait sur cette femme.


Commentaires