MENU

Sur mes étagères #2

mai 04, 2018

Désormais, je regrouperais mes avis de lectures via ce rendez-vous "sur mes étagères", que tu pourra retrouver les lundis et vendredis. Mais tu peux toujours retrouver mes autres lectures et retrouver celles-ci -ici-.





Elle voulait juste marcher tout droit de Sarah Baruck


RESUME : 1946. La guerre est finie depuis quelques mois lorsqu’Alice, huit ans, rencontre pour la première fois sa mère. Après des années à vivre cachée dans une ferme auprès de sa nourrice, la petite fille doit tout quitter pour suivre cette femme dont elle ne sait rien et qui lui fait peur, avec son drôle de tatouage sur le bras.
C’est le début d’un long voyage : de Paris à New York, Alice va découvrir le secret de son passé, et quitter à jamais l’enfance.
Comment trouver son chemin dans un monde dévasté par la guerre ? Avec une sensibilité infinie, Sarah Barukh exprime les sentiments et les émotions d’une enfant prise dans la tourmente de l’Histoire.

MON AVIS : Un roman historique que j’ai pris plaisir à découvrir et qui m’a bluffé d’une certaine façon, puisqu’il s’agit d’un premier roman. La plume de Sarah Baruck est très agréable, douce et l’auteur sait transmettre des émotions via ces personnages. Ce roman aborde la thématique de l’après-guerre au travers divers personnages, et on peut se rendre ainsi compte, des séquelles que celle-ci laisse. Les personnages sont attachants à leurs façons et Alice, du haut de ses 10 ans apparait comme une petite fille fragile et courageuse. Son innocence contraste avec les réalités de cette période qui n’est pas plus simple. Malgré les bons moments, la fin m’a déçue, les 200 dernières pages m’ont parues assez longues. Ce qui dommage avec tout les reste de ma lecture.
C’est néanmoins un livre agréable à découvrir, tout comme son auteur.  

Le livre de poche / 416 p. / Amazon

*****

Le club des veuves qui aiment la littérature érotique de Balli Kaur Jaswal


RESUME : Londres, de nos jours
Âgée d'une vingtaine d'années, Nikki vient d'abandonner ses études et travaille dans un pub en attendant de trouver sa voie. Une émancipation peu courante pour une jeune femme sikh. Jusqu'au jour où, partie déposer une annonce au temple de Southall pour sa sœur en quête d'un mariage arrangé, Nikki tombe sur une étonnante offre d'emploi : on cherche une enseignante pour donner un cours de creative writing à un petit groupe de femmes siks. Elle aime lire, elle aime écrire, elle saute sur l'occasion.
Mais alors qu'elle pensait animer un atelier d'écriture à des apprentis auteurs, elle se retrouve face à une poignée de femmes majoritairement analphabètes, délicieusement déchaînées, bien décidées à parler d'érotisme et à partager leurs expériences amoureuses et familiales, souvent comiques, parfois bouleversantes, mais toujours pleines d'humanité...

MON AVIS : Ce roman est une bouffée d’air frais et sera le parfait roman pour les saisons qui arrivent. La plume de l’auteur est fraiche, agréable tout en abordant es sujets importants et très actuels. Avec ce roman, j’ai voyagé à Londres dans une communauté que j’ai découverte. Nous suivons le personnage de Nikki qui est une jeune femme au caractère bien trempé, drôle et attachante mais surtout moderne ! Néanmoins, une question se pose à elle, comment allier traditions et modernité ?
L’intrigue tourne donc autour de la place des femmes dans la société et les problématiques qui se posent (encore) à elles comme les mariages arrangés, le poids des traditions, la féminité, l’honneur de la famille. Des sujets importants mais abordés d’une façon originale. Les veuves que rencontre Nikki sont elles aussi attachantes, apportent un humour indispensable et même si il est question d’érotisme,  ces textes sont choisis avec intelligence.
Un roman qui peut faire office d’un conte de fée moderne !


Belfond / 352 p. / Erotic Stories for Punjabi Widows / Amazon

 *****

Lettre à D. de André Gorz


RESUME: " Tu vas avoir quatre-vingt-deux ans. Tu as rapetissé de six centimètres, tu ne pèses que quarante-cinq kilos et tu es toujours belle, gracieuse et désirable. Cela fait cinquante-huit ans que nous vivons ensemble et je t'aime plus que jamais. Je porte de nouveau au creux de ma poitrine un vide dévorant que seule comble la chaleur de ton corps contre le mien. " L'auteur du Traître revient avec cinquante ans de recul sur les années décisives de son histoire. Il restait beaucoup à dire. Car ce n'était pas la sienne seulement.

MON AVIS: De l'amour et de la bienveillance tout simplement. Même si vous n'avez jamais lu une œuvre de cet auteur, c'est tellement beau ! Une déclaration tendre qui fait fondre tout simplement. J'ai passé un très agréablement moment, et ce roman de lit très vite par son court format. De plus, la plume nous emporte dans cette histoire, dans cette intimité, dans ce couple.
Une très belle découverte !


Folio / 96 p. / Amazon

D'AUTRES LECTURES

0 mots doux

Merci pour votre commentaire :)

A bientôt !

Contactez-moi

Nom

E-mail *

Message *

Collaborons !

Merci de votre visite !