La demoiselle du Mas du Roule

01 septembre




 SYNOPSIS  

 À l'aube du XXe siècle, Henri-Louis Leroux se heurte au refus de son fils Charles de reprendre l'étude notariale familiale située entre Limousin et Périgord. Attiré par la vie parisienne, le jeune Leroux n'en fait qu'à sa tête.

De dépit, le notaire contraint sa fille Méline à épouser le fils du médecin du village. La jeune femme se soumet, même si son cœur palpite pour le ténébreux Adrien, dont le départ pour les Indes est un déchirement. Mais Méline n'a pas encore dit son dernier mot, bien décidée à trouver le bonheur.


 MON AVIS  

La demoiselle du Mas du Roule de Corinne Javelaud est un roman qui, d’un premier abord, est d’un style posé et soutenu et qui pourtant renferme une âme qui se veut rebelle ainsi que libre.

Au tout début de l’histoire, nous rencontrons le personnage de Méline Leroux, jeune fille de dix-sept ans que l’on peut diviser en deux pour résumer ce personnage : d’une part une jeune femme naïve car aveuglée par ses sentiments pour un homme plus âgé qu’elle, Adrien Bélair ; et d’autre part, un personnage féminin qui veut se libérer du joug patriarcal et qui ne veut pas se conformer à l’image que la société veut lui imposer, c’est-à-dire obéir à son père et être une femme modèle et exemplaire. Méline est en effet bien en avance sur son temps comme en témoigne la génération qui la suivra. Dans ce roman, on suit aussi d’autres personnages que cette jeune femme que ce soit Adrien, Gabriel, Laurette, Charles, les parents de Méline et bien d’autre, ce qui peut être à la fois intéressant car cela dérange d’une certaine manière le livre et enlève un effet ennuyant et monotone de suivre seulement un seul personnage, mais cela peut être aussi perturbant car on passe de l’un à l’autre sans annonce, on comprend seulement lequel on suit grâce aux lignes qui suivent ; de plus l’on suit des personnages qui ne font pas vraiment parti de l’histoire, ils ne sont jamais apparu auparavant, on les accompagne une, deux, voire trois fois, et c’est tout, je ne comprends pas cette utilité…

Il y a beaucoup de clins d’œil historiques dans cette fiction comme le vaccin contre la rage de Pasteur, la voiture, etc., ce qui donne un côté réel à cette histoire, ce qui est grandement appréciable car on reconnaît (même si on ne l’a pas connu) le monde dans lequel évolue ces personnes de papier.
Mais malgré tout cela, je dois bien dire que j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans ce roman, et lorsque j’ai commencé à adhérer à celui-ci, ce n’était pas entièrement, loin de là ! Nonobstant les rebondissements (qui sont, certes, très bien trouvé !), c’est un roman trop calme pour moi avec beaucoup trop de non-dits et de petits détails illogiques ainsi qu’avec un temps du récit qui m’a fortement gênée car soit celui-ci va trop lentement, où à l’inverse, il est trop rapide.

La fin du roman, d’ailleurs, ne m’a pas aidé à apprécier d’autant plus ce livre car j’ai été grandement été surprise (négativement) du fait de la révélation apportée qui, pour moi, n’est pas du tout en adéquation avec le côté réel du récit que l’on avait jusqu’à maintenant.


Armony



 Roman // Corinne Javelaud // 354 p. // 18.00€ // France Loisirs // Amazon

D'autres lectures :

0 mots doux

Merci pour votre commentaire :)

A bientôt !

Contactez-moi

Nom

E-mail *

Message *

Collaborons !

Merci de votre visite !